Menu Fermer

Les quatre dimanches de l’Avent

Qu'est-ce que l'Avent ?

L'Avent est la période qui marque les quatre dimanches précédant Noël.

Tout d'abord, précisons les dates. L'Avent commence le dimanche le plus proche de la fête de l'apôtre Saint-André (30 novembre) et se termine le 24 décembre. Noël commence le 25 décembre et se poursuit jusqu'au 6 janvier (l'Épiphanie, parfois aussi appelée le jour des Rois Mages).

L'Avent, du latin adventus, signifie “venue” ou “arrivée”. Dans la Rome antique, Adventus était un terme technique désignant l'"entrée glorieuse" d'un empereur dans sa capitale. Outre la célébration des conquêtes sur le champ de bataille, l'anniversaire du chef princier était également commémoré par un Adventus.

L'Avent est donc un mot tout à fait approprié pour décrire la période qui précède Noël ; ce que nous célébrons, c'est la venue de notre Roi et Empereur, qui est à la fois pleinement homme et pleinement Dieu. L'Église insiste sur ce point en plaçant la fête du Christ-Roi juste avant le début de l'Avent. Il s'agit de la venue de Jésus dans le monde. Les chrétiens vivent les quatre dimanches de l'Avent et les semaines qui les séparent pour se préparer et se souvenir de la véritable signification de Noël.

LE PREMIER DIMANCHE DE L'AVENT

LA COURONNE DE L'AVENT

L'un des signes extérieurs les plus familiers de l'Avent est la couronne de l'Avent. Les bougies de l'Avent illustrent facilement le fort contraste entre l'obscurité et la lumière, une image biblique importante. Jésus s'est présenté comme la "Lumière du monde" qui dissipe les ténèbres du péché : "Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera jamais dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie" (Jean 8, 12).

Elle nous rappelle également qu'en tant que chrétiens, nous sommes censés faire briller la lumière du Christ dans ce monde. Comme Jésus nous le dit : “Que votre lumière brille devant les autres, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et rendent gloire à votre Père qui est aux cieux.” (Matthieu 5, 14-16)

À Lire aussi

Un symbole fort !

FORME :

La forme circulaire de la couronne, sans début ni fin, symbolise l'éternité de Dieu. Dieu n'a ni commencement ni fin. Elle symbolise également son amour sans fin pour nous - un amour qui a envoyé son Fils dans le monde pour nous racheter de la malédiction du péché. En outre, elle représente la vie éternelle qui nous est offerte par la foi en Jésus-Christ.

NOMBRE :

La couronne de l'Avent contient traditionnellement quatre bougies qui sont allumées, une à la fois, chacun des quatre dimanches de la période de l'Avent. Chaque bougie représente 1 000 ans. Ensemble, les quatre bougies symbolisent les 4 000 ans pendant lesquels l'humanité a attendu le Sauveur du monde, depuis Adam et Ève jusqu'à Jésus, dont la naissance a été annoncée dans l'Ancien Testament. Certaines traditions de couronnes de l'Avent incluent également une cinquième bougie blanche, "Le Christ", symbolisant la pureté, qui est allumée la veille ou le jour de Noël. De nombreuses couronnes circulaires peuvent incorporer une bougie blanche en ajoutant un pilier au centre de la couronne.

COULEUR :

Le violet est une couleur liturgique utilisée pour signifier un temps de prière, de pénitence et de sacrifice, en particulier pendant l'Avent et le Carême. L'Avent, également appelé "petit carême", est la saison où nous attendons spirituellement dans nos "ténèbres" avec l'espoir de la rédemption promise, tout comme le monde entier l'a fait avant la naissance du Christ, et tout comme le monde entier le fait maintenant alors que nous attendons avec impatience son retour promis. Nous pouvons littéralement voir la pièce s'illuminer au fur et à mesure que nous avançons dans cette période de préparation spirituelle !

ET DE PLUS :

Les feuilles de houx pointues et les baies rouges représentent la couronne d'épines de la passion de Jésus et son sang précieux, et les pommes de pin symbolisent la résurrection du Christ.

MAIS CE N'EST PAS TOUT...

Non seulement la couronne de l'Avent elle-même est pleine de symbolisme et de signification, mais chacun des dimanches porte un thème qui lui est propre. Dans cet article, nous allons approfondir le premier dimanche de l'Avent et observer comment l'histoire de Noël se déroule pour nous chaque année, si nous y prêtons attention.

À cette fin, nous explorerons les trois "alliés" d'un Avent bien vécu: la pénitence, le jeûne et la prière. Nous expliquerons clairement les enseignements de l'Église catholique sur la nécessité de cette approche contre-culturelle de la préparation à la naissance de notre Sauveur.

Allumer la première bougie de l'Avent

Nous entamons notre voyage de l'Avent en allumant la première bougie violette. S'il y a des enfants dans la maison, vous pouvez sentir l'excitation monter lorsqu'ils se disputent pour savoir qui va l'allumer ! Lorsque la première bougie est allumée, la prière suivante peut être prononcée par un responsable ou par tous les participants :

Avant d'allumer la bougie, priez--

Ô Dieu, dans la joie, nous nous souvenons de la promesse de ton Fils. Comme la lumière de cette bougie, que la bénédiction du Christ vienne sur nous, éclairant notre chemin et nous guidant par sa vérité.

Que le Christ, notre Sauveur, apporte la vie dans les ténèbres de notre monde,

et à nous qui attendons sa venue. Nous le demandons par le Christ, notre Seigneur. Amen

Ajouter l'invocation suivante en fonction de la semaine :

PREMIÈRE SEMAINE :

Ô Emmanuel, Jésus-Christ,

Désir de toute nation,

Sauveur de tous les peuples,

Viens et habite parmi nous.

Cette bougie est traditionnellement appelée "bougie du prophète" pour nous rappeler que Jésus va venir. La vertu théologique de l'ESPOIR est au centre de la première semaine de l'Avent. C'est la vertu pratiquée par les prophètes et l'ensemble de la race juive pendant 4 000 ans, alors qu'ils attendaient le Sauveur promis. C'est la vertu que chaque chrétien doit pratiquer tout au long de sa vie et qui est si bien définie dans l'Acte d'Espérance : "...j'espère obtenir le pardon de mes péchés, l'aide de Ta grâce et la vie éternelle".

L'"aide" de l'espérance - la pénitence

À travers les âges, l'Église catholique nous a encouragés à faire pénitence dans l'attente de la venue du Christ. En tant que pécheurs, nous savons tous instinctivement que nous devons faire pénitence pour nos péchés et, une fois cette pénitence accomplie, nous sommes à nouveau remplis d'espoir dans la promesse du salut.

"L'Avent est aussi une période de pénitence - cela ne nous vient pas à l’esprit, mais c'est pour cela que la couleur est violette, car c'est une période de pénitence et de préparation", a déclaré le père Kleczewski, du diocèse de Phoenix (AZ). "L'Avent est aussi une reconnaissance de notre éloignement de Dieu, une période d'anticipation et de réjouissance, mais aussi de pénitence.”

Pour vivre l'esprit de pénitence de l'Avent, le père Kleczewski propose plusieurs conseils. Outre le fait de se confesser pendant la période de l'Avent, comme ils le font pendant le Carême, les catholiques peuvent renoncer à quelque chose, prier davantage ou accomplir des actes de charité.

Le père Kleczewski compare l'attente de l'Avent et de Noël à celle d'un enfant qui attend le retour d'un parent à la maison. "Nous attendons, et nous attendons, et nous attendons qu'il rentre à la maison - nous ne pouvons pas ne pas attendre qu'il rentre à la maison. C'est le but de l'Avent : il s'agit de cette attente et de cette construction du désir, à la fois pour le royaume à venir, mais aussi pour la célébration de la naissance du Christ", a-t-il déclaré.

L'espérance est cette vertu que nous pratiquons pour alimenter et soutenir notre attente.

LE BERGER DE NOS ÂMES - L'ÉGLISE CATHOLIQUE

Reconnaissons-le : parler de pénitence au mois de décembre, alors que tout le monde se précipite pour acheter des cadeaux, c'est plutôtà contre-courant. Mais l'obéissance à une autorité supérieure l'est tout autant, et c'est vers cette autorité - l'Église catholique - que nous nous tournons à présent.

Déclaration pastorale sur la pénitence et l'abstinence

DÉCLARATION PUBLIÉE PAR LA CONFÉRENCE NATIONALE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES LE 18 NOVEMBRE 1966

"Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous trompons nous-mêmes et la vérité n'est pas en nous.... Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous faisons [de Dieu] un menteur, et sa parole n'est pas en nous" (1 Jn 1, 8-10).

Ainsi, les Saintes Écritures déclarent que notre culpabilité est universelle ; d'où l'obligation universelle de se repentir que Pierre, dans son sermon de la Pentecôte, a déclaré nécessaire pour le pardon des péchés (Actes 2:38). D'où aussi la reconnaissance constante par l'Église que tous les fidèles sont tenus par la loi divine de faire pénitence. De même que nous, chrétiens, ne pouvons prétendre à aucune exception en ce qui concerne le péché, de même nous ne pouvons prétendre à aucune exemption en ce qui concerne l'obligation de la pénitence.

Les formes et les périodes de pénitence varient d'une époque à l'autre et d'un peuple à l'autre. Mais le besoin de conversion et de salut est immuable, de même que la nécessité que, confessant notre péché, nous accomplissions, personnellement et en communauté, des actes de pénitence en gage de notre pénitence intérieure et de notre conversion.

Pour ces raisons, les peuples chrétiens, membres d'une Église à la fois sainte, pénitente et toujours en voie de renouvellement, ont depuis le début observé des périodes et des jours de pénitence. Ils l'ont fait par des observances pénitentielles communautaires et par des actes personnels d'abnégation ; ils ont imité l'exemple du Fils immaculé de Dieu lui-même, dont les Saintes Écritures nous disent qu'il est allé au désert pour jeûner et prier pendant quarante jours (Mc 1,13). C'est ainsi que le Christ a donné l'exemple auquel Paul a fait appel pour nous enseigner comment nous devons, nous aussi, parvenir aux mesures mûres de la plénitude du Christ (Ep 4,13).

Parmi les nombreux temps de pénitence qui, à un moment ou à un autre, sont entrés dans le calendrier liturgique des chrétiens (qui, sur ce point, ont conservé la sainte tradition de leurs ancêtres spirituels hébraïques), trois ont particulièrement survécu jusqu'à nos jours : L'Avent, le Carême et les vigiles de certaines fêtes.

L'Avent

L'évolution des coutumes, notamment en ce qui concerne la préparation de Noël, a diminué l'appréciation populaire de la période de l'Avent. Il semble que l'on s'attende maintenant à ce que les jours de l'Avent se déroulent dans une ambiance de vacances de Noël. En conséquence, cette période a malheureusement perdu dans une large mesure le rôle de préparation pénitentielle à Noël qu'elle avait autrefois.

Des catholiques zélés se sont efforcés de maintenir vivant ou de restaurer l'esprit de l'Avent en résistant à la tendance à l'abandon des disciplines et des austérités qui caractérisaient autrefois cette période parmi nous. Peut-être leur objectif pieux sera-t-il mieux accompli, et le remps de l'Avent sera-t-il mieux encouragé si nous comptons sur le renouveau liturgique et le nouvel accent mis sur la liturgie pour restaurer sa compréhension plus profonde en tant que saison de préparation efficace au mystère de la Nativité.

Pour ces raisons, nous, les pasteurs d'âmes de cette conférence, appelons les catholiques à faire du temps de l'Avent, à partir de 1966, un temps de méditation sur les leçons enseignées par la liturgie et de participation accrue aux rites liturgiques par lesquels les mystères de l'Avent sont illustrés et leur effet sanctificateur est accompli.

Si, dans tous les foyers chrétiens, les églises, les écoles, les retraites et autres communautés religieuses, les observances liturgiques sont pratiquées avec une ferveur nouvelle et une fidélité à l'esprit de pénitence de la liturgie, alors l'Avent retrouvera sa place. Son objectif spirituel sera à nouveau clairement perçu.

Une riche littérature concernant les célébrations liturgiques familiales et communautaires appropriées à l'Avent s'est heureusement développée ces dernières années. Nous conseillons vivement de s'en inspirer, en comptant sur le renouveau liturgique de nous-mêmes et de notre peuple pour remplir nos obligations spirituelles à l'égard de ce temps.

Images from Pixabay

Nos vidéos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *