Menu Fermer

Pourquoi Notre Seigneur laissa mourir la Sainte Vierge

Lecture proposée pour le 24 mai

Notre Dame et très digne Maîtresse, étant parvenue à l’âge de soixante-trois ans, mourut ou plutôt s’endormit du sommeil de la mort. Il s’en trouverait assez qui s’étonnerait, disant : « Comment est-ce que Notre Seigneur qui aimait si tendrement et si fortement sa sainte Mère, ne lui fit le privilège de ne point mourir ? Puisque la mort est la peine du péché, et qu’elle n’en avait jamais fait aucun, pourquoi est-ce qu’Il la laissa mourir ? »

Ô mortels dont les pensées sont contraires à celles des saints, que vos jugements sont éloignés de ceux de la divine Majesté ! Ne savez-vous pas que la mort n’est plus ignominieuse, mais qu’elle est précieuse depuis que Notre Seigneur et Maître se laissa attacher par elle sur l’arbre de la Croix ? Ce n’était point un avantage ni un privilège pour la Sainte Vierge de ne pas mourir ; car elle avait toujours désiré la mort dès qu’elle la vit entre les bras et dans le cœur même de son très Saint Fils. La mort est si suave et si désirable que les Anges s’estimeraient heureux de pouvoir mourir ; et les Saints ont été heureux de la souffrir et y ont ressenti beaucoup de consolation, parce que notre divin Sauveur, qui est notre vie, s’était donné en proie à la mort.

L’on a eu l’habitude de dire que telle est la vie, telle est la mort. De quelle mort pensez-vous donc que mourut la Sainte Vierge, sinon de la mort d’amour ? Ô c’est une chose indubitable qu’elle mourut d’amour. Elle a toujours été la Mère de la belle dilection. L’on ne remarque point de ravissements, ni d’extases dans sa vie, parce que ses ravissements ont été continuels. Elle a aimé d’un amour toujours fort, toujours ardent, mais tranquille, mais accompagné d’une grande paix. Et cet amour allait si bien croissant sans cesse que cet accroissement ne se faisait point par secousses ni élans. Mais, comme un doux fleuve, elle allait toujours coulant, et presque imperceptiblement, du côté de cette union tant désirée de son âme avec la divine Beauté.

 St François de Sales - Sermon pour la fête de l’Assomption, T. IX, p. 182.


Une pieuse histoire racontée par
S. Alphonse de Liguori

Voici ce que raconte à la louange du saint Rosaire, l’auteur du livre intitulé Segreto per ogni grazia.
Saint Vincent Ferrier disait à un moribond désespéré : « Pourquoi veux-tu être damné, toi, quand Jésus-Christ veut te sauver ? » Le mourant répondit qu’en dépit de Jésus-Christ, il voulait se damner. Le saint répliqua : « Et toi, en dépit de toi-même, tu dois te sauver. » En même temps, il se mit à réciter le rosaire avec les gens de la maison. Voilà que le malade demande à se confesser. Il le fit avec beaucoup de larmes, et c’est ainsi qu’il mourut.

S. Liguori, T. 6, p. 94.


Citation du Padre Pio

« Après l’ascension de Jésus, Marie brûlait d’un grand désir d’être réunie à Lui. Séparée de son Fils, elle avait l’impression de vivre un très dur exil. Les années qu’elle a dû vivre séparée de Lui, ont été pour elle un lent et pénible martyre : un martyre d’amour qui la consumait lentement. »

Oui, je veux soutenir les actions de la Fédération Pro Europa Christiana

La Fédération Pro Europa Christiana agit depuis plus de dix ans pour encourager les Français à la pratique de la Foi catholique et pour rappeler des vérités oubliées de notre culture chrétienne. Des publications, des articles, des vidéos en ligne, des objets de piété sont distribués gratuitement. Des nombreux courriers attestent la portée de cet apostolat, le bien réalisé pour d’innombrables âmes, et je dois reconnaître que cela n’aurait pas été réalisable sans votre participation.

Aujourd’hui, ne voulez-vous pas apporter une aide financière afin que de nombreuses personnes puissent se sentir spirituellement accompagnées, les encourager à approfondir leur culture chrétienne et les inviter à renouer avec la pratique religieuse ? Votre don est le moyen qui permettra à notre apostolat de continuer et de ramener les cœurs des Français au Sacré Cœur.

Sources – Textes de S. François de Sales et S. Alphonse de Liguori : « Mois de Marie de S. François de Sales – Pages choisies du saint docteur », par l’abbé R. de Thomas de Saint-Laurent. S’agissant d’une édition ancienne, certaines formulations ont été retouchées pour faciliter sa compréhension par les jeunes générations. Texte du Padre Pio : « Bonne journée à tous », Editions Padre Pio da Pietrelcina, p. 91, 19 mai, (Recueil IV, p. 965s).

Découvrez aussi:

2 Comments

  1. Lhoste Gaëtan

    C’est très aidant. Ça réconforte dans la foi. Saint François de Salles donne de bonnes méditations et les citations de Padre Pio me nourrissent. Merci

  2. Banet

    Toutes ces prieres m’ apportent la paix et l’ amour par l’ intercesión de la vierge Marie, de Sainte Rita et du Padre Pío.
    Merci beaucoup pour votre bonte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *