Menu Fermer

L’Assomption de la Sainte Vierge

Lecture proposée pour le 27 mai

Ce n’est pas assez de croire que Marie est ressuscitée. Il faut encore établir en notre âme qu’elle n’est pas ressuscitée pour mourir une autre fois comme le fit Lazare, mais pour suivre son Fils au Ciel, comme firent ceux qui ressuscitèrent au jour où Notre Seigneur ressuscita. Le Fils qui, venant en ce monde, reçut Son corps et Sa chair de Sa Mère, ne permit pas que Sa Mère demeurât ici-bas, ni selon le corps, ni selon l’âme. Mais bientôt après qu’elle eut payé le tribut général de la mort, Il l’attira à Lui au royaume de Son Saint Paradis...

Certes les cigognes ont cette naturelle piété envers leurs pères et mères déjà épuisés et âgés, que  l’âpreté de la saison et du temps contraint à faire passage et retraite en un lieu plus chaud : elles les saisissent, s’en chargent et les portent sur leurs ailes, pour en quelque sorte leur rendre le bénéfice qu’elles ont reçu avec leur éducation. Notre Seigneur avait reçu Son corps de celui de Sa Mère. Il avait été porté longuement dans ses entrailles, entre ses chastes bras, et même lorsque par l’âpreté de la persécution, il fallut faire passage et retraite en Egypte. Hé, Seigneur, dit la Cour céleste après la mort de la Vierge, « exurge in praecepto quod mandasti ». (Ps 7,7) Vous avez commandé aux enfants d’assister leurs vieux parents. Vous l’avez gravé si avant dans la nature que les cigognes même en pratiquent la loi. « Levez-vous en ce commandement que vous avez fait », et ne permettez pas que ce corps qui vous a engendré sans corruption y soit soumis maintenant par la mort. Ressuscitez-le et saisissez-le sur les ailes de votre puissance et bonté, pour le transporter du désert de ce monde bas en ce lieu de félicité immortelle. Il ne faut pas douter que le Sauveur n’ait voulu observer ce commandement, qu’Il a fait à tous les enfants, au plus haut point de perfection que l’on peut imaginer.

St François de Sales  - Sermon pour la fête de l’Assomption, T. VII, p. 453.


Une pieuse histoire racontée par
S. Alphonse de Liguori

Un prêtre qui avait grande dévotion à Marie, Mère des douleurs, s’enfermait souvent dans une petite chapelle. Et là, solitaire, il s’enflammait à compatir aux douleurs de cette Auguste Vierge. Par un mouvement de tendre compassion il était attentif à essuyer avec un linge les larmes d’une statue de Notre Dame des Douleurs qui était là. Or ce prêtre étant tombé dangereusement malade, il fut abandonné par les médecins comme un cas entièrement désespéré. Mais comme il était près d’expirer, il vit devant lui une belle dame qui lui adressa des paroles de compassion, et lui essuya doucement avec un mouchoir la sueur du visage ; après quoi il se trouva guéri. Alors le prêtre se voyant guéri, se mit à dire : « Mais qui êtes-vous, ma bonne dame, vous qui témoignez de tant de charité ? ». — « Je suis, répliqua Marie, celle dont tu as si souvent essuyé les larmes. » Et elle disparût.

S. Liguori, T. 6, p. 469.


Citation du Padre Pio

« Que l’Esprit Saint vous comble de ses dons très saints et vous rende digne du festin céleste. Que Jésus et Marie prennent demeure dans votre esprit et le plongent complètement dans ces célestes voluptés. Que les flammes de l’amour pur et chaste, comme un feu consommateur, brûlent en vous toute laideur et vous rendent libre de toute avarice spirituelle. »

Oui, je veux soutenir les actions de la Fédération Pro Europa Christiana

La Fédération Pro Europa Christiana agit depuis plus de dix ans pour encourager les Français à la pratique de la Foi catholique et pour rappeler des vérités oubliées de notre culture chrétienne. Des publications, des articles, des vidéos en ligne, des objets de piété sont distribués gratuitement. Des nombreux courriers attestent la portée de cet apostolat, le bien réalisé pour d’innombrables âmes, et je dois reconnaître que cela n’aurait pas été réalisable sans votre participation.

Aujourd’hui, ne voulez-vous pas apporter une aide financière afin que de nombreuses personnes puissent se sentir spirituellement accompagnées, les encourager à approfondir leur culture chrétienne et les inviter à renouer avec la pratique religieuse ? Votre don est le moyen qui permettra à notre apostolat de continuer et de ramener les cœurs des Français au Sacré Cœur.

Sources – Textes de S. François de Sales et S. Alphonse de Liguori : « Mois de Marie de S. François de Sales – Pages choisies du saint docteur », par l’abbé R. de Thomas de Saint-Laurent. S’agissant d’une édition ancienne, certaines formulations ont été retouchées pour faciliter sa compréhension par les jeunes générations. Texte du Padre Pio : « Bonne journée à tous », Editions Padre Pio da Pietrelcina, p. 108, 12 juin, (Recueil II, p. 429).

Découvrez aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *