Menu Fermer

La modestie de la Sainte Vierge

Lecture proposée pour le 11 mai

L’être humain est grandement sujet à la fierté et à la présomption, ce qui entraîne pour lui de grandes ruines et ravages.

Quelles impertinences et extravagances la folle, sotte et impudente Cléopâtre ne fit-elle pas pour s’élever ? Et Ève, la première femme, pour avoir seulement ouï dire qu’elle était créée à l’image de Dieu, ne présuma-t-elle pas tant d’elle-même qu’elle voulut se rendre semblable à Lui, écoutant et faisant à ce sujet tout ce que lui suggérait l’ennemi ?

Mais la Sainte Vierge est venue pour regagner par son humilité ce que la première Ève avait perdu par son orgueil. Par cette vertu, elle a contrecarré la fierté et la présomption de cette dernière. Lorsque l’Ange l’appelle Mère de Dieu, elle se dit au contraire sa servante, s’enfonçant ainsi dans l’abîme de son néant. Et lorsque sainte Élisabeth la proclame bienheureuse et bénie entre toutes les femmes, la Sainte Vierge répond que cette bénédiction vient de ce que le Seigneur a regardé sa bassesse, sa petitesse et son abjection.

Ô Dieu, que l’humilité de cœur est un bon signe dans la vie spirituelle ! Que c’est le bon signe que l’on reçoit efficacement les grâces divines, quand ces grâces abaissent et humilient et qu’on voit que plus elles sont importantes, plus elles anéantissent profondément le cœur devant Dieu et les créatures ! De sorte que, comme la Sainte Vierge, l’on tient tout son bonheur de ce que les yeux de la divine Bonté ont regardé notre vilénie et notre misère !

St François de Sales - Sermon pour la fête de la Visitation, T. X, p. 68.


Une pieuse histoire racontée par
S. Alphonse de Liguori

Césaire [plus précisément Thomas de Cantimpré] raconte qu’un frère convers de l’abbaye de Cîteaux ne savait dire autre chose que l’Ave Maria, et qu’il le récitait continuellement avec grande dévotion.

Il rapporte qu’après la mort du frère, on vit croître sur le lieu même où il avait été enseveli, un arbre sur les feuilles duquel était écrit : Ave Maria, gratia plena.

St Liguori, T. 6, p. 443 et 444.


Citation du Padre Pio

« Je voudrais avoir une voix assez forte pour inviter les pécheurs du monde entier à aimer la Vierge Marie. Mais puisque ce n’est pas en mon pouvoir, j’ai prié mon petit ange d’accomplir pour moi cet office. »

Oui, je veux soutenir les actions de la Fédération Pro Europa Christiana

La Fédération Pro Europa Christiana agit depuis plus de dix ans pour encourager les Français à la pratique de la Foi catholique et pour rappeler des vérités oubliées de notre culture chrétienne. Des publications, des articles, des vidéos en ligne, des objets de piété sont distribués gratuitement. Des nombreux courriers attestent la portée de cet apostolat, le bien réalisé pour d’innombrables âmes, et je dois reconnaître que cela n’aurait pas été réalisable sans votre participation.

Aujourd’hui, ne voulez-vous pas apporter une aide financière afin que de nombreuses personnes puissent se sentir spirituellement accompagnées, les encourager à approfondir leur culture chrétienne et les inviter à renouer avec la pratique religieuse ? Votre don est le moyen qui permettra à notre apostolat de continuer et de ramener les cœurs des Français au Sacré Cœur.

Sources – Textes de St François de Sales et St Alphonse de Liguori : « Mois de Marie de St François de Sales – Pages choisies du saint docteur », par l’abbé R. de Thomas de Saint-Laurent. S’agissant d’une édition ancienne, certaines formulations ont été retouchées pour faciliter sa compréhension par les jeunes générations. Texte du Padre Pio : « Paroles de Lumière – Florilège de la correspondance », Éditions Salvator, nr. 238.

Découvrez aussi:

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *