Menu Fermer

La vie moderne et l’absence de contemplation

Par Plinio Corrêa de Oliveira

La Grande Chartreuse est un ordre religieux fondé en 1084 par Saint Bruno. Les Chartreux sont des moines qui vivent dans un silence perpétuel et une grande austérité dans un lieu isolé.

Le moine chartreux consacre une grande partie de sa journée à la prière et à l’étude de sujets mystiques et contemplatifs, mais il a aussi des tâches et des devoirs quotidiens : s’occuper des plantations, couper du bois, cuisiner et faire le ménage.

À lire aussi:

De plus, au milieu de cette austérité, comme les jeûnes de la vie érémitique, les chartreux produisaient une liqueur très célèbre : l’excellente Chartreuse.

Les études des moines de l’Ordre des Chartreux doivent être tournées vers le surnaturel ; toute leur mentalité et leur esprit doivent être orientés vers la vie intérieure, vers la contemplation, vers la relation de l’âme avec Dieu. Ils ne se réunissent que pour le chant de l’office dans la chapelle du monastère.

Tout cela est lié à un thème que j’aborde dans mon livre Révolution et Contre-révolution, à savoir la question de la contemplation et de la dispersion.

L’une des objections que l’on peut faire aux villes modernes et à la teneur de la vie contemporaine est précisément l’absence de contemplation. L’homme d’aujourd’hui manque d’une certaine attitude d’esprit contemplatif. Bien sûr, il ne s’agit pas d’avoir un esprit contemplatif comme celui d’un chartreux vivant dans l’isolement ; mais l’homme, en tant que roi de toutes les choses créées par Dieu, devrait avoir une vitesse proportionnelle à l’esprit humain, qui doit fonctionner en oscillant entre des pensées plus rapides et plus lentes.

L’esprit humain équilibré (dans le processus habituel de réflexion, de saisie des impressions et des sensations) a besoin d’un certain repos pour que les choses se stabilisent. Il analyse ensuite et formule un jugement précis. Tout cela a son propre rythme qui ne doit pas être transgressé.

Un exemple : certains grands peintres, pour achever complètement leurs œuvres d’art, prennent des années à observer les choses, à y réfléchir, à décanter les impressions, jusqu’à ce qu’ils arrivent à la conception finale qu’ils souhaitent pour leurs œuvres.

Source : tesorosdelafe.com

Image par Floriel - Own work, CC BY 2.5

Découvrez aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *